Saint-Louis

Ma légende des siècles
L’histoire en chansons !



 

Saint-Louis 

L’église verse son obole
A notre bon roi Louis
Sous forme d’auréole
Un cadeau qu’on envie.
Oui le brave souverain
Mérite bien cet oscar,
Lui qui fait tant de bien
Au peuple c’est notoire.

Sa mère Blanche de Castille, une femme autoritaire,
Confie le jeune roi à des moines très sévères,
Faut dire que le gamin a son p’tit caractère
Qu’il n’est pas le dernier à piquer sa colère.
Mais il a le cœur bon et soigne les malades
Rend visite aux lépreux, construit un hôpital,
Même s’il cède à l’envie de partir en croisade,
Pour évangéliser l’hérétique oriental.

En toute humilité,
Les pieds des miséreux
Il aime les laver
Ça le rend bien heureux.
C’est un roi très humain
Qui pend à contrecoeur
Le manant le vilain
Ou le blasphémateur.

Et puis les juifs ont certes l’honteuse obligation
De devoir porter l’insigne de leur religion,
Même si ils sont, dit-on, sous la sainte protection
Du roi qui s’interdit la moindre des agressions.
Et les pauvres cathares, torturés brûlés vifs
Victimes de la folie et de l’intolérance,
N’ont point terni l’image quasiment de Pontife
De ce grand personnage dont on chante la clémence.

L’église verse son obole
A notre bon roi Louis
Sous forme d’auréole
Un cadeau qu’on envie.
Oui le brave souverain
Mérite bien cet oscar,
Lui qui fait tant de bien
Au peuple c’est notoire.

 

       

 

 



Commentaires (2)

1. JP 10/12/2005

Merci de ta visite!
Les saints ne sont pas toujours des saints, c'est clair!!!!
A bientôt!!!!

2. le poètombé 09/12/2005

Quel saint ce Louis, l'eglise a trop souvent caché ou cautionné la barbarie de l'homme, ce poème en est un bel exemple

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site