Voyageur immobile

Voyageur immobile

 

Voyageur immobile,

Tranquille, tranquille, tranquille,

Je flâne de ville en ville

Sans mon automobile.

Voyageur immobile,

Tranquille, tranquille,tranquille,

Je flâne de ville en ville

Depuis mon domicile,

Sans le moindre souci,

D’un clic ferme et précis,

En flottant  sur la toile,

Le nez dans les étoiles.

 

J’vais danser à Rio,

Boire le thé à Tokyo,

Et rêver à Paris.

Me les g’ler à Oslo,

Jouer à Monaco,

Pleurer à Karachi… 

 

Le sam’di je me saoule

Dans un bar à Séoul

Et cuve à Théhéran.

Le p’tit dèje à Bruxelles,

Le foie dans la poubelle,

Je vomis mes err’ments… 

 

Je courtise les dames

Qui s’vendent à Amsterdam,

Sans chopper la vérole.

Cupidon squatte Venise,

Faut que je poétise

Pour une fille  qui s’gondole… 

 

Je pars soigner ma peine,

Dans les ruines d’Athènes,

En soleil et misère.

Pour soigner mon chagrin,

J’bouffe du chien à Pékin,

Mais c’est déjà l’hiver… 

 

Je souffle la bougie

Au soleil de minuit,

En Norvège du Nord.

Et froid comme la glace,

J’expire et je trépasse,

En caressant la mort… 

 

Et soudain je revis,

J’ai la pêche à Pavie,

M’en vais prier à Rome.

Je suis vivant bordel,

J’vais bronzer aux Seychelles,

En m’imbibant de rhum…

 

Voyageur immobile,

Tranquille, tranquille,tranquille,

Je flâne de ville en ville

Sans mon automobile.

Voyageur immobile,

Tranquille, tranquille,tranquille,

Je flâne de ville en ville

Depuis mon domicile,

Sans le moindre souci,

D’un clic ferme et précis,

En flottant  sur la toile,

Le nez dans les étoiles.

 

   Ju'âne Pedro

Voyageur immobile

 

Voyageur immobile,

Tranquille, tranquille, tranquille,

Je flâne de ville en ville

Sans mon automobile.

Voyageur immobile,

Tranquille, tranquille,tranquille,

Je flâne de ville en ville

Depuis mon domicile,

Sans le moindre souci,

D’un clic ferme et précis,

En flottant  sur la toile,

Le nez dans les étoiles.

 

J’vais danser à Rio,

Boire le thé à Tokyo,

Et rêver à Paris.

Me les g’ler à Oslo,

Jouer à Monaco,

Pleurer à Karachi… 

 

Le sam’di je me saoule

Dans un bar à Séoul

Et cuve à Théhéran.

Le p’tit dèje à Bruxelles,

Le foie dans la poubelle,

Je vomis mes err’ments… 

 

Je courtise les dames

Qui s’vendent à Amsterdam,

Sans chopper la vérole.

Cupidon squatte Venise,

Faut que je poétise

Pour une fille  qui s’gondole… 

 

Je pars soigner ma peine,

Dans les ruines d’Athènes,

En soleil et misère.

Pour soigner mon chagrin,

J’bouffe du chien à Pékin,

Mais c’est déjà l’hiver… 

 

Je souffle la bougie

Au soleil de minuit,

En Norvège du Nord.

Et froid comme la glace,

J’expire et je trépasse,

En caressant la mort… 

 

Et soudain je revis,

J’ai la pêche à Pavie,

M’en vais prier à Rome.

Je suis vivant bordel,

J’vais bronzer aux Seychelles,

En m’imbibant de rhum…

 

Voyageur immobile,

Tranquille, tranquille,tranquille,

Je flâne de ville en ville

Sans mon automobile.

Voyageur immobile,

Tranquille, tranquille,tranquille,

Je flâne de ville en ville

Depuis mon domicile,

Sans le moindre souci,

D’un clic ferme et précis,

En flottant  sur la toile,

Le nez dans les étoiles.

 

   Ju'âne Pedro

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site