Tristesse

Tristesse

Tristesse

 

Laisse s’installer la tristesse,

Tout doucement sans faire de bruit,

Laisse s’incruster la tristesse,

En couleur sombre comme la nuit.

Les petits pas sur le chemin

Se moquent du bel avenir,

Ne pas penser au lendemain,

Laisse la tristesse venir.

 

A quoi bon rire,

A quoi bon rire,

En s’esclaffant

Comme des enfants !

A quoi bon rire,

A quoi bon rire,

C’est déplaisant

Et épuisant !

 

Une  piécette pour manger,

Juste un euro c’n’est pas grand-chose,

Mais cessez donc de déranger

Les braves cœurs tristes et moroses.

Les pauvres gens sur le chemin

Se moquent de ces états d’âmes,

Mangeront-ils encore demain,

Les poubelles ce soir sont en flamme.

 

A quoi bon vivre,

A quoi bon vivre,

En s’esclaffant

Comme des enfants !

A quoi bon vivre,

A quoi bon vivre,

C’est déplaisant

Et épuisant !

 

L’hiver annonce quelques froidures,

On est si bien le cœur au frais,

Le cul posé sur la bordure

D’une vie soulignée d’un trait.

Les amours se meurent en chemin,

Comme des fins de vie trop douces,

Voici venir le lendemain,

Le printemps montre sa frimousse.

 

Il faut bien rire,

Il faut bien rire,

En s’esclaffant

Comme des enfants !

Il faut bien rire,

Il faut bien rire,

C’est épuisant,

Mais apaisant !

 

Laisse s’installer la tristesse,

Tout doucement sans faire de bruit,

Laisse s’incruster la tristesse,

En couleur sombre comme la nuit.

Les petits pas sur le chemin

Se moquent du bel avenir,

Ne pas penser au lendemain,

Laisse la tristesse venir.

 

Ju’âne Pedro

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site