Pourquoi écrivez-vous ?

Pourquoi écrivez-vous ?

 

Les yeux levés au ciel, assis sur un banc vert,

Dans le jardin public, je médite gentiment,

Comme le font les poètes dans les films noirs et blancs.

Je réfléchis tell’ment que mon crâne proteste,

Une douleur annonce la migraine soudaine,

La tête dans les mains, oh  je souffre en  silence.

 

Une belle d’âge mûr  autour de moi s’affaire,

Oh mon pauvre monsieur, dites-moi vos tourments,

Comme le font les poètes, dans les films noirs et blancs.

Je résiste à l’envie de chasser cette peste,

Qui attend de ma part un bon lot de fredaines,

Evidemment vêtues à la désespérance.

 

Pourquoi écrivez-vous ?

Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?

Pourquoi écrivez-vous ?

Pourquoi ?

 

Sur un carnet spiral, j’ai noté quelques mots

Que la beauté passée désirerait  tant  lire,

Curiosité malsaine, il faut en convenir.

Allez savoir pourquoi l’écrit comble le vide

De nos pauvres cerveaux fatigués par le temps

Et les anniversaires trop souvent revenus.

 

Sur mon carnet spiral, les mots sont bien normaux,

Les jolies pages blanches, il faut bien les remplir,

Et toutes les semaines, je dois y revenir.

Que mon style soit lourd, léger ou bien fluide,

Mon texte, je dois l’avouer n’est pas très excitant,

Il est diront certains, savamment convenu.

 

 Et la belle d’insister :

   

Pourquoi écrivez-vous ?

Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?

Pourquoi écrivez-vous ?

Pourquoi ?

 

Dans mon carnet spiral, sur ses pages si blanches,

J’ai noté simplement les courses pour dimanche.

 

 Ju'âne Pedro

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site