On ferme !

On ferme !

Allez sois sympa Nicolas,
Tire le rideau sur l’ouverture,
Tes potes de combat font la gueule.
Laisse à la rose ses petits gars,
C’est déjà la déconfiture
Et la Martine se sent bien seule.

Y’ a de la compétence à droite,
Pourquoi vouloir piquer à gauche
Les têtes pensantes du parti.
Je sais bien, t’es un démocrate,
Mais bon pourquoi tu nous les fauches,
Au socialisme, t’es converti ?

En entrant au gouvernement,
Ils sont gentils comme des images,
Obéissant à tes désirs.
Pourtant ces vilains garnements,
N’ont vraiment jamais été sages,
Dans l’opposition qui s’déchire.

Et ça continue de plus belle
Avec la crise d’autorité
De la secrétaire de la rose.
Il manquerait plus que Manuel
Vienne se ranger à tes côtés,
Bleuet crierait à l’overdose.

Et tous ses petits arrang’ments
Entre politiques confirmés
Se concluent dans l’intimité.
Ce n’est bien sûr pas étonnant
Que les électeurs tant aimés,
Finissent par n' plus aller voter.

Alors dans les usines ça pète,
Au sens propre comme au figuré,
La crise fatigue le prolétaire.
Plus de repère, il perd la tête
Car il ne peut plus endurer
Les folies d’la crise financière.

Allez sois sympa Nicolas,
Tire le rideau sur l’ouverture,
Redonne-nous nos chers clivages.
Laisse à la rose ses petits gars,
C’est déjà la déconfiture
En plus Martine vénère, enrage.

Ju'âne Pedro hihan !

Commentaires (1)

1. Martine 19/07/2009

Image

Pfffffffffff, tous des cons !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site