L’est…

L’est…

Et la démocratie est entrée en Europe,
Les rêves communistes ont fini dans un flop,
La faillite des cœurs et de la liberté…
Et la démocratie se dessine à l’envie,
Pour les soldats perdus, commencent une autre vie
Et tant pis pour la crise et ses contrariétés...

Il est bien loin le temps
Où, en chœur, se chantait
Le bonheur est à l’est.
Il est bien loin le temps
Où Marchais délirait
Avec verve et grands gestes.

Les chars démocratiques
Pour le prolétariat
Aux moindres rébellions.
Les tsars rouges tyranniques
Fabriquent des parias,
Qui deviendront des lions.

Alors les dissidents
Font trembler les pouvoirs,
Les murs vont s’écrouler.
Il n’est plus imprudent
D’hurler sur les boul’vards,
Liberté, liberté.

L’Europe enfin unie,
Se cherche, c’est peu dire
Et se chamaille souvent.
Après ces décennies,
Plutôt que de médire,
Souhaitons-lui bon vent.

Et la démocratie est entrée en Europe,
Les rêves communistes ont fini dans un flop,
La faillite des cœurs et de la liberté…
Et la démocratie se dessine à l’envie,
Pour les soldats perdus, commencent une autre vie
Et tant pis pour la crise et ses contrariétés...

Ju’âne Pedro

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×