IMITATEURS

 

C’est pénible de voir imiter

Ses moindres gestes, ses moindres tics,

C’est même une calamité,

D’être copié par ces loustics.

Je veux rester l’enfant unique,

L’exception confirmant la règle,

Même face au miroir, j’panique,

J’en ai marre de tous ces espiègles.

 

Les filles dans la rue me pastichent,

Comme les clowns de la télé,

Pourtant je suis beau et très riche,

C’est bien pratique pour emballer.

Mais juste au moment de conclure,

Elles me plaisantent sauvagement,

A cause de ces putains d’ordures

Qui me parodient vaguement.

 

Je n’ose plus me déhancher

Sur la plage en maillot de bain

Et même bien endimanché,

Suis complexé comme un bambin.

Pourtant bordel, suis président

De la France et de l’outre mer,

A l’Elysée, suis résident,

Mais j’ai les boules, je suis amer.

 

J’ai des envies de dictateur,

A faire fusiller ces voyous,

Qui d’vant les téléspectateurs

Se moquent de mes interview.

Mais heureusement Carlita,

D’une caresse sur la joue,

Fait descendre le thermostat

De ma colère rouge acajou.

 

C’est pénible de voir imiter

Ses moindres gestes, ses moindres tics,

C’est même une calamité,

D’être copié par ces loustics.

Je veux rester l’enfant unique,

L’exception confirmant la règle,

Même face au miroir, j’panique,

J’en ai marre de tous ces espiègles.

 

Nicolas

 

 

 

 

 

 

 

RAS LE BOL !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site