Usine slam

Usine slam


Aujourd’hui à l’usine,
Avec douce Mélusine,
On s’offre un slam,
Heureux à l’atelier,
Avec l’ami Hélier,
On respire slam.

Balai en paille de riz,
A défaut de guitare,
Ripaille de rire balaie
Le moindre des cafards.
Le ton est ironique,
Nique sur tous les tons,
Les propos sarcastiques,
Des tondeurs de moutons.

Prolétaire fatigué,
Au gué de lassitude,
Tu te dois de fuguer
Dans la slam attitude.
Ton cerveau inactif,
Vaut certes bien celui
Du penseur convulsif,
Si con, pense t-on de lui.

Gambade avec les mots,
De délire en délire,
Aubade pour prolos,
Ah délire, sans relire.
La rage est à l’usine,
Ne lésine pas ta flamme,
Maquille les tristes mines,
A grand renfort de slam.

Délocalise la mort
Qui squatte trop souvent,
Dans les jolis décors
Des poètes savants.
Les mots en vocalises
Se moquent de leur sens,
Au diable l’analyse,
Ils rient, il sonnent et dansent.

Elles crachent leur fureur
Les machines jalouses,
Des moments de bonheur
Qui licencient le blues.
Le taylorisme se vexe,
O Dieu des temps modernes,
Il semble bien perplexe,
Cette increvable baderne.

Au lieu d’courber l’échine,
Si les prolos s’amusent,
En choisissant l’usine
Comme icône, comme muse,
Les valeurs gémissantes,
Vont s’oublier très vite,
L’heure va sonner... détente,
Dans l’atelier, médite.

Aujourd’hui à l’usine,
Avec douce Mélusine,
On s’offre un slam,
Heureux à l’atelier,
Avec l’ami Hélier,
On respire slam.


Hihan !!!!!!!!!!!!!

Chut !!!!

Vive l'usine bordel !!!!

Slam et slam encore !!!!!!
Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×