Rite

 

Rite

Elle est bien sûr habile malgré sa petite mine,
Traîne de droite à gauche, s’invite sans prév’nir
Et squatte trop souvent dans notre belle usine,
Pour transformer d’un coup nos vies en souvenir.
 
Quelques pas dans l’allée pour conclure une histoire,
Répétition macabre d’un rite funéraire,
Le balancier fumant du macabre encensoir
Enveloppe l’émotion qui soudain se libère.
 
La marche silencieuse, dans un dernier hommage,
Un geste de la main, une manière d’adieu,
Qui sera le prochain à s’offrir ce voyage
Que certains disent nuit, que d’autres chantent radieux ?
 
La faux se joue de nous comme blé de moisson,
Fragiles petits êtres, à l’arrogance humaine,
Combien nous restent-ils encore de saisons,
Avant d’aller dormir dans un pseudo Eden ?

Ju'âne Pedro  

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site