Retrouvailles !

Retrouvailles !

Les familles recomposées,
Réservent parfois des surprises,
Qu’il est bon de fraterniser
Avec une joyeuse gourmandise.
Quand nos parents se sont aimés,
Nous avions à peine sept ans,
Nous n’étions plus seules pour jouer
Et pour nous c’était épatant.

Une petite sœur cheveux ébène
Pour me consoler de mes peines,
Une petite sœur cheveux soleil
Que du bonheur, oh quelle merveille.

C’est déjà le temps du collège,
Les garçons deviennent nos proies,
Avec les « je t’aime » en arpèges
Pour un petit baiser parfois.
Nous rions de leur maladresse,
Timidité, fausse assurance,
Ils s’inventent des palmarès
Sans savoir sortir de l’enfance.

Une petite sœur cheveux ébène
Pour jouer les stars et les reines,
Une petite sœur cheveux soleil
Avec ses rires et ses conseils.

Nous partageons nos amourettes
Avec les lycéens timides
Qui effeuillent les pâquerettes
Devant nos sourires perfides.
Nous aimons tant nous moquer d’eux
Avec un air toujours complice,
Nous les choisissons deux par deux,
Nous les croquons avec délice.

Une petite sœur cheveux ébène
Avec l’amour qui se déchaîne,
Une petite sœur cheveux soleil
Avec le cœur qui se réveille.

Les familles recomposées
Réservent parfois des surprises,
Nos parents se sont séparés,
Le temps passe et l’amour s’épuise.
Nos dix sept ans sont en souffrance,
Tu t’envoles vers le Canada,
Un voyage de désespérance
Et puis on s’habitue, voilà.

Une petite sœur cheveux ébène,
Parti dans une région lointaine,
Une petite sœur cheveux soleil
Avec le cœur qui s’ensommeille.

Il faut bien fêter ses trente ans,
Le téléphone et oui c’est toi,
Vous rentrez au pays vraiment,
Ah merci, je suis folle de joie.
On va pourvoir se voir demain
Et rattraper le temps perdu,
Tu me présenteras Romain,
Je te présenterais Manu.

Une petite sœur cheveux ébène,
Les souvenirs d’enfance s’égrènent,
Une petite sœur cheveux soleil,
Les mots sont douceur à l’oreille.

Le village n’a pas changé,
Il se souvient de nos bêtises,
Ce petit bonheur passager
Nous appartient, qu’on se le dise.
Plus rien ne nous séparera,
Ensemble nous allons revivre,
Romain et Manu n’ont pas l’choix,
S’ils nous aiment, ils devront nous suivre.

Une petite sœur cheveux ébène
Pour me consoler de mes peines,
Une petite sœur cheveux soleil
Que du bonheur, oh quelle merveille.

Une petite sœur cheveux ébène
Pour me consoler de mes peines,
Une petite sœur cheveux soleil
Que du bonheur, oh quelle merveille.


Jean-Pierre

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×