Les visites

 

Les visites

 

Il y aura du monde certes  à l’enterrement,

Les visages livides s’inviteront demain,

Il y aura du monde certes à l’enterrement,

Visages livides et graves, mots sur le parchemin.

 

Pourtant à l’hôpital les visites étaient rares,

Ce n’est pas rien bien sûr d’offrir un peu de temps

A un copain d’usine qui garde encore l’espoir

De vaincre son cancer de plus en plus présent.

 

La souffrance comme compagne efface le sourire…

Les échanges pudiques sur le corps déclinant

Ponctués tristement par de profonds soupirs,

Annoncent une échéance fatale évidemment.

 

Mais faut-il détourner le regard pour autant

Et se voiler la face devant la maladie,

Abandonner son camarade à ses tourments

Et puis se réveiller pour la cérémonie.

 

La solidarité doucement s’effiloche,

Le « moi je » comme drapeau et l’on sonne le glas

De la sainte compassion et puis tintent les cloches,

D’un avenir bien sombre qui conduit au trépas.

 

Il y aura du monde certes à l’enterrement,

Les visages livides s’inviteront demain,

Il y aura du monde certes à l’enterrement,

Visages livides et graves, mots sur le parchemin.

 

Jean-Pierre

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site