Les prouts

     

    

 

                  Les prouts  

 

Où vas- tu te nicher bellissime poésie, 

Toi qui enchante les oreilles des érudits,

Ou vas- tu te nicher gracieux alexandrin,

Dans la fange, le ténia et le caca boudin ?

 

Partout on les redoute

 Les abominables prouts

 Ils vous mettent en déroute,

 Leurs vapeurs vous dégouttent,

 Partout on les redoute

 Les abominables prouts

 Ils vous mettent en déroute

Ou même pire knock-out !!!

 

Parfumeurs de renoms, Chanel tous numéros,

Vous n’êtes pas en mesure de vaincre ce fléau,

Et devant les assauts des odeurs écoeurantes,

Vous sonnez une retraite vraiment déshonorante.

 

Vous les maudits despotes, les terribles dictateurs

Avides d’armes fatales pour propager la peur,

Rêvez de recruter ces instruments puants

Pour combattrent sans merci vos farouches opposants.  

 

A chacun ses talents et ses dispositions,

Il  faut bien reconnaître certains prouts d’exception,

Les pets très naturels, en aucun cas chimiques,

Des prouts vraiment très sains, garantis biologiques.  

 

Ce ne sont pas toujours louises grassouillettes, vulgaires,

Qui laissent d’horribles traces, pas devant,  mais derrière,

Ni ces pâles perlouses dont les effluves s’envolent

Au moindre courant d’air, au moindre souffle d’Eole.  

 

Qu’il soit arôme embrun ou fumet de marée,

Parfois les crans lâchés sont fort bien préparés,

Pas par des amateurs qui hésitent,  improvisent,

Mais par des pros de pros qui, ce grand art,  maîtrisent.

 

Parfois ils pétaradent comme un quatorze juillet,

Ou au contraire, discret,  interprètent un menuet          

Dans des gammes étonnantes, des aigus et des graves,

Que seules les  fines oreilles de mélomanes perçoivent.  

 

O tristes péteux péteurs, flatulistes amateurs,

Saluez ces virtuoses, vénérez ces seigneurs,

Illustrissimes Césars, emp’reurs de tous les vents,

Qu’ils soient zéphyrs ou bien redoutables ouragan.                         

 

 

        Jean-Pierre Georget

 

    

                            

 

 

 

                        

 

         

 

 

 

Commentaires (10)

1. justemwa38 12/02/2007

c super mais est-ce que tu connais la liste des prouts?(celui ou tu pousse fort et ya rien ki sort presk(ceci est un exemple))

2. titine53 16/10/2006

ouahou.....jviens d'avoir un étourdissement avec toute ces odeur....!!!!!LOL

3. Esseme 24/09/2006

C'est une perle excrèmement désodorisante...surtout avec un p'tit café qui, matinalement, vous mène vers le 2xK...
Il m'a donné le sourire ce texte lol
Par contre pourquoi l'apostrophe dans l'avant dernier vers...avec "les" en moins c'était pareil ? Enfin c'est franchement un détail.

Bravo JP ;)

4. prout 04/05/2006

prout

5. trace de slip 15/08/2005

t'as raison "trou de balle", on péte avant de chier.

6. jean-Pierre 15/08/2005

Bisoux à toi "Trou de balle", t'es un vrai poète!

A bientôt!

7. trou de balle 14/08/2005

ce texte de péteux est à chier!!

8. petit chef minipouce 28/02/2005

il est tro mortel et tro giga degeu comm je les aime lol.BVO

9. Yanou 28/02/2005

Quel poème envoutant...!!!

10. une pétomane 27/02/2005

Une chanson dans le vent!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site