La grenouille au Q.I.peu élevé

La grenouille au Q.I. peu élevé



Un gentil batracien sur un large nénuphar
L’œil toujours aux aguets fume son petit pétard
Quand soudain devant lui s’agite un brin de fleur,
Sans réfléchir il saute aussitôt sur le leurre.
Dans la main d’un pêcheur moqueur et discourtois,
Il subit fataliste sarcasmes de bon aloi,
Il se sent forcément imbécile et couillon
De s’être fait piéger comme le dernier des cons.

Et la pauvre grenouille
A l’air d’une belle andouille !

Petit cœur romantique déclame du Lamartine
A sa belle jouvencelle qui le couve des yeux,
Quand soudain devant lui s’agite une mutine
Qui lui promet amour et avenir radieux.
Il lâche la main d’sa belle pour la chouette Aphrodite
Euphorique à souhait, la foi dans les étoiles,
Mais la sirène d’un jour est repartie très vite
Le laissant comme un gland, sous un chêne et à poil.

Et le pauvre niqu’douille
A l’air d’une belle andouille !

Un ouvrier modèle s’épuise depuis trente ans
A trimer comme une bête pour très très peu d’argent,
Ses chefs le félicitent et le portent au pinacle
Devant les gros fainéants qui à la tâche renâclent.
Quand l’usine a fermé pour voler en Asie,
Chômeur fort contrarié, il s’est senti trahi,
Jurant mais un peu tard de s’offrir du bon temps,
Financé chichement par le gouvernement.

Et le pauvre niqu’douille
A l’air d’une belle andouille !

Un électeur naïf tombe en vénération
Devant ce politique qui occupe les médias
En se disant qu’enfin, il sauv’ra la nation
De l’enfer, du chômage, d’la guerre etc...
Quand il gagne le pouvoir, il ne change pas grand-chose,
But inavoué du jeu, c’est surtout d’être élu,
Le pôve prolo berné redevient tout morose
Et bien mélancolique d’être à nouveau cocu.

Et le pauvre niqu’douille
A l’air d’une belle andouille !


Un paroissien bien sage assidu à l’office
S’interdisant sévère le moindre et bénin vice
De tirades de chap’let en rosaire fatiguant
Promène sa vie austère loin d’celle des bons vivants.
Mais quand il casse sa pipe, s’pointant au paradis,
Saint-pierre, la larme aux cils, brutalement lui dit :
« Passe ton chemin l’ami, Dieu ne croit plus en lui,
L’a fermé la boutique et puis il s’est enfui'.

Et le pauvre niqu’douille
A l’air d’une belle andouille !
Et la petite grenouille
Se fout d’toutes ses andouilles !!!!!!!

            

Commentaires (1)

1. caca 11/01/2007

condon

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site