La complainte des amants du lycée Pétain

La complainte des amants du lycée Pétain

 

 


Dans le lycée Pétain
On ne badine pas
Avec la sainte rigueur.
Ce temps très puritain
Interdit les faux pas,
Il veille le proviseur.

Ils s’aiment et se ressemblent
Ce couple d’amoureux,
Vraiment passionnément.
Ils rêvent de vivre ensemble
Un bonheur savoureux
Et d’être enfin amants.

N’y tenant plus un soir
Ils laissent parler leur corps
Dans un recoin tranquille.
Un voisin de dortoir
Les dénonce sans remord
Au proviseur servile.

Dans le lycée Pétain
Bien sur on ne badine
Avec la sainte rigueur.
Le proviseur hautain,
L’amourette masculine,
L’inonde de fureur.

Il se moque des larmes
Et des supplications
Il sera implacable.
Il appelle les gendarmes
C’est la déportation
Pour les deux misérables.

Ils portent leur dix huit ans
Dans un camp de folie
Tout en triangles roses.
Ici seul compte l’instant,
Se battre pour la survie
Dans un monde en névrose.

Survivants de l’enfer
Ils se retrouvent un jour
Dans un coin de banlieue.
Ils disent merde à leur père
A leur mère, sans détour,
Et choisissent d’être heureux.

Dans le lycée Pétain
On ne badinait pas
Avec la sainte rigueur.
Les amours clandestins
Méritent bien le trépas,
Clamait le proviseur.



Commentaires (1)

1. cematin lesinge 29/05/2007

Beau travail pour un W.E. de Pentcôte....
Les langues de feu de l'esprit saint se sont posées sur notre grand chef bien-aimé!!

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site