Hussards

Hussards

C’était le temps des coups
Pour apprendre à écrire,
Des claques sur les joues
Des écoliers martyrs,
Avec le bonnet d’âne
Pour bien punir le cancre
Au visage pivoine,
Devant sa tâche d'encre.

Le creux à l’estomac
Trahissait les angoisses,
Nourries par un climat
De crainte si tenace,
Que ces instituteurs,
D’un geste seulement,
Plongeaient dans la terreur
Le pire des garnements.

Glorifions ces hussards
D’la république !
C’était l’bon temps!
C’était l’bon temps !
Avec comme étendard,
Les coups de trique
Pour les enfants
Pour les enfants !

La page du cahier
S'envolait dans l'allée
Et l'élève humilié
Devait la ramasser,
Page un peu raturée,
Avec fautes légères,
Mais page déchirée
Déclenchait un calvaire.

La face contre le mur,
(Le mur des fusillés),
Les délinquants endurent
Les coups sans sourciller,
Malheur à l’attardé,
Allergique au calcul,
Pas de psy pour l’aider,
Une seul' règle,la férule.

Glorifions ces hussards
D’la république !
C’était l’bon temps!
C’était l’bon temps !
Avec comme étendard,
Les coups de trique
Pour les enfants
Pour les enfants !

Ah les années soixante
Et nos bonnes écoles,
Les années angoissantes
Aux rythmes des torgnoles,
Mais moi, je n’oublie pas
Ces enseignants barbares,
Oui moi, je n’oublie pas
Ce triste tableau noir.

C’était le temps des coups
Pour apprendre à écrire,
Des claques sur les joues
Des écoliers martyrs,
Avec le bonnet d’âne
Pour bien punir le cancre
Au visage pivoine,
Devant sa tâche d'encre.

Glorifions ces hussards
D’la république !
C’était l’bon temps!
C’était l’bon temps !
Glorifions ces hussards
D’la république !
C’était l’bon temps,
Le temps d’avant !

Ju’âne Pedro

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×