Enfin...

Enfin...

Sur l’avenir passé d’un futur trop présent,
Imparfait paysage d’un souvenir sans vie,
La faille est dans la trace de l’homme paysan,
Qui cultive des fruits, des pêches de Pavie.

Comme pages d’un livres liés à nos mémoires,
La saison du savoir est enfin arrivée,
Ecrivons simplement ces mots sur le grimoire,
Posé sur le rebord d’un puits fait de pavés.

Y’a plus d’eau chaude,
Ode à la vie,
Mais bon, il pleut,
On est heureux !

Combien de nos soupirs inspirent le poète,
Combien de nos pensées exhalent le parfum
D’une envolée lyrique déclamée à tue-tête,
Au hasard d’un regard, au détour d’un chemin.

Marchons ensemble dans nos douces rêveries,
La chaleur de nos corps sonne la fin du règne
De la froide ignorance, retour en bergerie,
Le crépuscule s’endort comme nos vies s’éteignent.

Y’a plus d’eau chaude,
Ode à la vie,
Mais bon, il pleut,
On est heureux !

Pied de nez

Ju'âne Pedro

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×