Con, moi ?

Con, moi ?

Si j’avais su qu’j’étais si con
J’aurais dit à ma tite maman
De s’abstenir de m’fabriquer.
Si j’avais su qu’j’étais si con
A mon papa, ben forcément,
J’aurais dit d’pas coopérer.

Oui dans la vie,
Tu  décides de rien,
Tu  suis ton ch’min,
En laisse comme un chien.

On nous impose ceci cela,
Ça commence grave à m’énerver,
Jusqu’à en boire du pamplemousse.
On nous impose ceci cela,
A nous empêcher de rêver,
Y’a pas que le vent qui nous pousse.

Oui dans la vie,
Tu  décides de rien,
Tu  suis ton ch’min,
En laisse comme un chien.

On gobe n’importe qu’elle conn’rie
A la télé en avalant
Une demi tonne de charcut’rie.
On gobe n’importe qu’elle conn’rie,
En écoutant tous ces marchands,
Bonimenteurs de pitreries.

Oui dans la vie,
Tu  décides de rien,
Tu  suis ton ch’min,
En laisse comme un chien.

Et l’on porte aux nues un blaireau
Que l’on rejette un an après,
Faut dire qu’on est bien versatile.
On nous fait des petits dans l’dos,
Mais on est, oh oui, toujours près,
A croire le premier imbécile.

Oui dans la vie,
Tu  décides de rien,
Tu  suis ton ch’min,
En laisse comme un chien.

Et l’espoir commence à renaître,
Dans les chaumières de vingt étages,
La nouveauté rend optimiste.
Et l’espoir commence à renaître,
Quand on lit une nouvelle page,

 La vie est forcément moins triste.

Oui dans la vie,
Tu  décides de rien,
Tu  suis ton ch’min,
En laisse comme un chien.

Si j’avais su qu’j’étais si con
J’aurais dit à ma tite maman
De s’abstenir de m’fabriquer.
Si j’avais su qu’j’étais si con
A mon papa, ben forcément,
J’aurais dit d’pas coopérer.

Hihan !!!!

Commentaires (1)

1. Vos papiers !!!! 26/07/2008

Image

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×