Cactus

                 Cactus    Ecoute !!!

 

 
Dans son petit coin de jardin
Chacun plante ses fleurs préférées,
Œillets d’Inde, sauges ou bien lupins,
Ou pourquoi pas mâche, chicorée,
Sauf certes ce psycho végétal
Qui souffre d’une bien triste névrose
En préférant ô quel scandale,
Les cactus aux plus jolies roses.

Ce drôle d’olibrius
Collectionne les cactus
Qui sont loin d’être minus.
En forme de phallus
Ou de diplodocus
Il en veut toujours plus.

Ces magnifiques plantes exotiques
Paraissent bien sages, inoffensives,
Loin de leur contrée désertique,
Dans les massifs qu’elles enjolivent,
Pourtant un brave parachutiste
Victime d’un cruel déchir’ment
Est reparti la fesse bien triste
Maudissant les caprices du vent.

Ce drôle d’olibrius
Collectionne les cactus
Qui sont loin d’être minus.
En forme de phallus
Ou de diplodocus
Il en veut toujours plus.

Quand la nuit est couleur ébène
Que les hommes dorment dans le quartier,
Les cactus heureux se promènent
Savourant joie et liberté,
Ils s’agitent et dansent comme des fous
Sur de chauds rythmes afro cubains
Leurs jolies fleurs autour du cou
Ils rient, s’amusent comme des bambins.

Ce drôle d’olibrius
Collectionne les cactus
Qui sont loin d’être minus.
En forme de phallus
Ou de diplodocus
Il en veut toujours plus.

Mais il faut bien passer l’hiver
Qui apporte sa morosité
Et les cactus dépriment en serre
En regrettant déjà l’été,
Ils rêvent d’un envol au Mexique
De samba et de tequila
De déhanchements érotiques
D’Acapulco de Colima.

Ce drôle d’olibrius
Collectionne les cactus
Qui sont loin d’être minus.
En forme de phallus
Ou de diplodocus
Il en veut toujours plus.

Clique sur: Le Pout          

  

 

 








Commentaires (1)
Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site