Ah vieillir !

Ah vieillir !

La jeunesse a pris le pouvoir
Dans la maison de l’âne gris.
Avec une voracité rare,
Elle lui a tout volé tout pris.
C’est la vie mais bordel de merdre,
A son âge c’est désespérant
De tout abandonner, tout perdre,
Ne riez pas, c’est point marrant.

Ils s’installent sur mon canapé,
Avec mon litron de coca,
Ils me confisquent ma télé,
J’peux plus regarder Nicolas.
Je dois même leur faire à bouffer,
Des mets fins et gastronomiques
Faut pas que j’oublie le café,
Sinon ils deviennent hystériques.

Ils me perforent mes vieux tympans
Avec leurs cris et leurs délires,
Je leur quémande gentiment
Du silence ils répondent en rire.
Même les chats sont épuisés
Par ces furies trop diaboliques,
Ils ne sont pas civilisés,
J’en ai le stress tout en colique.

Je rêve de maison de retraite,
Avec des potes  comme moi très vieux, 
Dans nos fauteuils on fait la fête,
Les jeunes ne viendront pas tant mieux.
La purée nous colle au menton,
Notre cerveau est trop sénile,
On pisse un peu dans nos cal’çons,
Mais nom de Dieu, on est tranquille.

La jeunesse a pris le pouvoir
Dans la maison de l’âne gris.
Avec une voracité rare,
Elle lui a tout volé tout pris.
C’est la vie mais bordel de merdre,
A son âge c’est désespérant
De tout abandonner, tout perdre,
Ne riez pas, c’est point marrant.

Ju’âne Pedro

Commentaires (1)

1. Fourmond 08/06/2009

très bon, trop souvent vrai !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×